1792, l 'Europe entre en guerre

Carte interactive et olfactive du Centre Historique Valmy 1792

Dans un contexte politique tendu, la bataille de Valmy voit s’affronter deux visions du monde : d’un côté la monarchie absolue incarnée par l’Autriche et la Prusse, de l’autre la liberté et l’égalité affirmées par la Révolution Française.


Léopold II d’Autriche et Fréderic-Guillaume II de Prusse, pressés par l’aristocratie française émigrée, enjoignent la France à ne pas attenter à la souveraineté de Louis XVI. C’est une véritable provocation pour l’Assemblée nationale qui déclare la guerre le 20 avril 1792 au « roi de Bohème et

Hongrie » , aussi archiduc d’Autriche.


En réponse, les troupes austro-prussiennes commandées par le duc de Brunswick prennent la route de Paris pendant l’été 1792. En septembre, la coalition arrive en Argonne. Plus rien ne semble pouvoir arrêter sa progression jusqu'à la capitale.


De leur côté, les généraux français Dumouriez et Kellermann arrivent près de Sainte-Ménehould dans l’intention de couper les Prussiens de leur ravitaillement venant de Verdun et les forcer à mener combat en Argonne. 

Valmy, la bataille qui sauva la Révolution Française

Mur du temps du Centre Historique Valmy 1792

Le 20 septembre 1792, le théâtre des opérations est fixé : le combat aura lieu sur les hauteurs du village de Valmy. 

 

L’infanterie et les batteries se mettent en position et c’est un déluge de feu et de fer qui s’abat sur la colline. Galvanisés par l’enthousiasme de Kellermann, les révolutionnaires maintiennent leurs positions et tiennent en échec la coalition.


Le lendemain, la Ière République est proclamée. Cette première victoire de la nation arrête l’invasion étrangère interdisant de surcroît tout retour à la monarchie absolue. Goethe, présent sur le champ de bataille écrira que « de ce lieu, de ce jour, date une nouvelle époque de l’histoire du monde ».